Ben Sharpa: Sharpaganda theory, lesson 1

Ben Sharpa: Sharpaganda theory, lesson 1

Ben Sharpa, from South Africa
Pour ma part c’est avec la compilation JFX Bits#1 que j’ai découvert Ben Sharpa.
Né à Soweto dans le ghetto, Ben Sharpa (aka Oh Kaptin My Kaptin, ou juste ‘Kap’ pour les amis) a connu la brutalité de l’apartheid avant d’avoir l’opportunité de s’installer aux USA (Chicago) avec ses parents. C’est là bas qu’il se forge une solide culture hiphop. Musique qui donne une voix à ceux d’en bas.
Il n’oublie pas son pays natal. En 1993 ce sont les premières élections libres, en aucun cas Ben Sharpa ne pourrait être absent de son Afrique du Sud natale.

Retour en Afrique du Sud
De nouveau installé au pays il s’impose peu à peu comme un artiste/activiste majeur du P.S.S.A. (aka Paysage Sonore Sud Africain). La 2nde moitié des années 90 est une période de travail intense, Ben Sharpa le Mc fluidifie son flow et le lyricist n’oublie pas ses premières révoltes pour affiner ses textes.
Après s’est frotté sur scène à la crème du genre, la reconnaissance du grand public arrive quand Mary Ann Hobbs le playlist.
L’anglaise ne s’est pas trompée, ni Jarring Effects en signant ce 1° maxi.

Sharpaganda theory, lesson 1. 4 titres lourds.
Le label lyonnais grave le premier maxi de Ben Sharpa. Le flow du Mc est mis en valeur par les productions (dans le désordre) de l’anglais Milanese, du compatriote sud africain DJ Sibot (Playdoe) ou de Dplanet (Pioneer Unit).
Sur ce 1° opus Ben Sharpa délimite un univers résolument moderne bâti sur les fondamentaux de la collaboration entre MC et beatmaker : flow clair, lyrics manifestatifs, beats taillés au rasoir.
Sharpaganda theory, lesson 1 oscille entre sensibilité électro, affinité grime dans une ambiance massive, à l’anglaise. Ben Sharpa concentre en 4 titres une urgence qu’on a tendance à oublier. Peut être est-ce aussi dû aux graves problèmes de santé rencontrés fin 2007.
Le résultat est simplement brillant.

Ben Sharpa from South Africa
“One of the most inspired and agile lyricists in the world today”, Mary Ann Hobbs.
This release comes out at a time we all want to see bridges being built between musical genres. Ben Sharpa‘s very first vynil could be the missing link between US hiphop ala Def Jux and boiling hot UK grime scene. Not only. Ben Sharpa is at the forefront of a new wave of ‘soundsystem’ music, underpinned by heavy, hybrid hip hop beats with influences from electro, dub, Detroit techno, dancehall, electronica and glitch.
On production is Dplanet, Sibot, Kaptin (a Sharpa alter-ego), HueMan (RIP), X-24th Letter and UK Bass Music super-producer Milanese. There are guest features by label-mate KONFAB, Archetypes, Teboho Semela (Sharpa’s sister, a virtuoso violinist) and Brooklyn-based, Lyricist Lounge all-star, Wordsworth.

This limited edition 12” vinyl is a piece of hip hop history!!
Ben Sharpa – Sharpaganda theory, lesson 1, Jarring Effects 2008.

Ce contenu a été publié dans Hip Hop. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Ben Sharpa: Sharpaganda theory, lesson 1

  1. rimrimrim dit :

    bien vu !
    avec en plus un joli artwork, j’avais commandé l’EP dès sa sortie !

Les commentaires sont fermés.