Bootleg is back dans les rayons de… la Fnac

dvd pirates à la fnac

La SACEM affirme que la Fnac vend des bootlegs.
C’est Clubic qui lève le lièvre des DVD pirates vendus dans les rayons de l’ex-agitateur culturel.
Souvenez-vous le bootleg synonyme d’enregistrement pirate.
Décidément j’y perds mon latin. Ok ce n’est pas très grave de ne plus maitriser une langue morte. Mais comprenez-moi, je ne comprends pas. Rien dans le Gaffiot de la musique, je panique.

La Fnac est dirigée par Denis Olivennes.
Ce nom raisonne comme un coup de knout poutinesque sur les doigts… Le rapport Olivennes. Le rapport qui rime avec répression totale à l’encontre des internautes qui auront le malheur de télécharger quelques morceaux de musique en mp3.
Leur dernière suggestion étant que ce soit votre fournisseur d’accès qui vous dénonce, que vous soyez privé d’internet, que vous payassiez une amende et le cout mensuel de votre abonnement à votre FAI.
Oui spécialiste je simplifie un peu… Ce qui compte c’est le fond.

Quelques citations pour la beauté des mots, de leur sens et du foutage de gueule général. Merci Clubic.

Le directeur des achats (disque et vidéo) de la Fnac à pour sa part précisé au Canard Enchainé que l’enseigne « achète 262 000 références par an et qu’elle a plus de 600 fournisseurs. Ils savent ce qu’ils vendent, ils sont responsables. C’est à eux d’être honnêtes. On ne va pas, à chaque commande, demander au fournisseur qu’il nous prouve que son produit possède toutes les autorisations. Maintenant, si quelqu’un nous prouve qu’il n’est pas légal, on le retire des rayons ».

D’autre part selon certains vendeurs Fnac : « d’autres (enseignes), comme Virgin, en vendent aussi et face à cette concurrence il n’y a pas d’autres moyens de lutter que de vendre aussi ces références ».

Nous apprenons deux choses.
Ce qui est reproché à la Fnac pourrait l’être à Virgin.
La direction des achats pourrait être au courant de ces pratiques.

Ensuite ami lecteur quelques éléments pour apprécier le contexte.
Sache par exemple qu’il y a 10/15 ans le nombre de références présentes dans les rayons de ces grandes surfaces était le double. Et que depuis pour augmenter ses marges la grande distribution culturelle a réduit le nombre de références présentes dans ses rayons pour simplifier sa gestion de stocks.
Normal quand on est gestionnaire de stock.

De surcroit un argument qui aurait tendance à accréditer la connaissance de ces pratiques par la direction des achats.
La tendance chez les 2 centrales d’achat de produits culturels (Fnac et Virgin) est à la centralisation des achats. C’est à dire que l’on achète à Paris et que le chef de rayon n’a plus le pouvoir de référencer un groupe/disque au niveau local. Et oui il est plus intéressant d’acheter une fois 500 que 10 fois 50. Quand on est sur de vendre. Ce qui arrange les majors, à moins qu’ils ne se soient mis d’accord ?? J’ai un doute soudain, problème de latin.

En tout cas il semble difficile de faire confiance à That kind of Man. Comme le titre de ce morceau de The Heavy que je file voir en concert.

Ce contenu a été publié dans Industrie Musicale. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à Bootleg is back dans les rayons de… la Fnac

  1. Boeb'is dit :

    putain, assez hallucinant comme histoire.

  2. route64 dit :

    La Fnac prétend que son fournisseur lui a assuré que ces DVD étaient légaux, (ce qui ne les a pas empêchés de les retirer des rayons). Le "fournisseur" est en fait une petite société de Meurthe et Moselle, parfaitement inconnue, qui vient de monter un site "de vente" en catastrophe, catalogue pratiquement vide ! Chez les autres, c’est le grand ménage : je suis bien placé pour connaître l’affaire : je suis plus ou moins à l’origine. On n’est qu’au début du feuilleton, les gars !
    Allez, une première info : la SACEM possède des preuves d’achat venant de chez d’autres que la FNAC : Les miens venaient de chez un célèbre épicier Breton . Désolé pour "Ian De Witt" le "Magicien" de WOW, il a sans doute un peu trop tiré sur la corde. La suite sera, je l’espère, un grand nettoyage dans la totalité de la grande distribution, les labels plus ou moins exotiques, les compils qui inondent les rayons à Noël, les rétrospectives Marley ou Hendrix de chez Auchan….terminons par une anecdote rigolote dans ce mnde de brutes : savez vous que VIRGIN a débuté en vendant de ces "disques blancs" et que Richard Branson, le boss, avait même appelé son chien "Bootleg" !

  3. SdC dit :

    Wow sans jeu de mots!!
    Merci de ces infos Route64 et de cette anecdote sur Branson et bootleg.
    Enorme

  4. route64 dit :

    Il y a deux possibilités : ou le reponsable des achats de la FNAC ne sait pas reconnaître un bootleg que n’importe quel amateur repère à dix kilomètres, et c’est de l’incompétence, donc DEHORS!, ou alors il le savait parfaitement, ce que je crois, et ça tombe sous le coup de la loi.
    Pour les amateurs, d’autres anecdotes vont suivre…

  5. SdC dit :

    route64 : j’ai plutôt tendance à penser que la Dir des achats est au jus comme en témoigne la phrase "face à cette concurrence il n’y a pas d’autres moyens de lutter que de vendre aussi ces références"…

    En tout cas les amateurs te remercient

  6. route64 dit :

    Un petit bonjour en passant, et un petit commentaire : Je viens de lire sur un forum que la FNAC "faisait un bénéfice de 15%" sur ces produits. Ben voyons ! ceux qui avaient "la connexion" pour se fournir chez WOW, ce qui n’était pas si difficile que ça, savent que le prix de gros était de 8 ou 9 euros, je pense que, compte tenu des quantités, la FNAC a dû avoir un petit rabais. alors, même à 16 euros à la vente, calculez vous mêmes. Et il n’y a pas que WOW, cherchez bien, on trouve encore des plans plus avantageux!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *