BRASILINTIME, Chico Buarque, Jun Miyake,

brasilintime : documentaire hiphop Brésil

Brasilintime

Brasilintime est un documentaire musical.
Ce projet de longue haleine mené par Mochilla le crew de L.A. trafiquant d’images. Les photographes B+ et Coleman se sont emparés de la caméra pour continuer à explorer leurs univers musicaux.
Après Keep in Time, rencontre filmée entre DJ hiphop et anciens, batteurs et percussionnistes qui ont des heures de sessions au compteur et à qui il est urgent de rendre hommage.

La liste des DJ et musiciens est tout juste hallucinante :

Côté DJ et producteurs on trouve Babu, Madlib, Cut Chemist, Numark, Shortkut et J-Rocc. Un peu la crème des crate diggers californiens, gorgés de soul et de jazz pour en faire les beats imparables d’un hiphop qui tient son identité musicale.
Côté percussions : James Gadeson, Paul Humphrey, Earl Palmer, Roy Porter et Derf Recklaw. Que des musiciens qui ont enregistré des morceaux devenus des standards de la musique US du 20° siècle. L’éventail des collaborations s’étire de Charlie Parker à Curtis Mayfield en passant par Little Richard. Penchez vous un instant sur leurs bios respectives, vous aurez le sentiment de lire un livre d’histoire de la musique noire américaine de la 2nde moitié du 20° siècle.

Vient Brasilintime, suite logique.

Suite documentaire et musicale logique puisque lorsque tout ce joli monde s’est rencontré et bien la curiosité entre générations musicales a provoqué l’échange. Au fil des discussions, chacun s’est aperçu que tous avaient en commun une passion le rythme en particulier ceux du Brésil.
Brasilintime est le documentaire du voyage au Brésil de toute cette troupe à la rencontre de leurs homologues et idoles brésiliens.

Le second documentaire de Mochilla sort en dvd, que dis-je une perle de double dvd qui sort cet été. Un film à posséder obstinément, ici. La boucle se boucle : les idoles ont des idoles, ensemble ils parlent de musique. Est-ce si surprenant ?
Du coup ils poussent l’expérience et le plaisir jusqu’au bout : si le 19 juillet vous passez à L.A., faites un saut au Mayan Theater voir Brasilintime en concert, avec quelques piliers de Stone Throw records.

 

Du Brésil il en est question en ce moment qui dure.
J’ai enfin mis la main (merci Kjb) sur Innocent Bossa in the Mirror de Jun Miyake. Un album de bossa nova made in Japan de 2002 qui vient d’être réédité. Arto Lindsay chante, joue de la guitare. Tera frais avec des petits moments comme ces Trejeitos.

La bossa innocente de Myiake se croise avec Chico Buarque. La compilation Chico Revisitado sous titrée from Chico Buarque de Holandan°4 1970 to Chico Buarque 1984 livre une sélection de 15 classiques du poète de Rio. On y retrouve en autres Cotidiano (qu’on a beaucoup écouté) et Essa Moça ta diferente. Tuerie do Brasil avant tube de pub.

Et puis Q-TIP dont on peut écouter la dernière livraison (WorkItOut @ Myspace). L’année dernière il se frottait aux accords plaqués de Sergio Mendes et aux beats de Will.I.Am sur Timeless. Un disque qui vieillit bien avec son casting de luxe.

Allez on se fait le dernier. Pour la route.
Emporte ces Pieces of Ipanema. Le morceau original est d’Azymuth, un combo de killers qui déroule son style depuis 30 ans : ‘Samba doido ». Un groove aux accents de jazz, de funk ici remixé par Mark Pritchard. Sec.

Ce contenu a été publié dans Worldwide Grooves. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à BRASILINTIME, Chico Buarque, Jun Miyake,

  1. b+ dit :

    merci merci merci…… a la Marvin! Much respect com muito respeito keep in touch b

  2. SdC dit :

    Merci Mathieu de me rappeler de jeter une oreille sur cette version de As Tears Go By qui explose bien celle de M.Faithfull.
    Bien sur que les bossas de J.Miyake ne sont pas innocentes

  3. thierry Cacciatore dit :

    Bonjour,
    le film est-il disponible pour le cinéma ? n’existe-t-il qu’en dvd ? Merci de me dire qui distribue le film.

    A +

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *