Les débuts du Gouter et les filles

premiere version blog le-gouter.com

Bonjour chez vous !!!
Je viens de tomber sur une news disant que Ublog (une des premières plateformes de blogging française) va bientôt fermer.
J’avais fait une première tentative d’ouverture d’un blog le-Gouter chez eux. C’était bien une tentative…

Un petit coup de nostalgie back en 2004 avant que tout cela ne disparaisse dans les limbes de l’Internet !! Mais avant tout une formidable envie de partager, bien vivace, que je dois à des filles. Pas que mais ces 4 là je les aime passionnément.

Des filles trempées dans l’amour, la soul, le funk, le jazz ; des voix pétries de groove, marquées au blues de la vie ; qui m’ont donné envie d’enregistrer des K7, d’acheter des disques. Bref d’écouter de la musique encore et toujours :

  • Ella Fitzgerald – Sunshine of your love :  » The First Lady of Song « , idole jazz à la voix rock ici, synthèse de Janis Joplin et Jim Morrison
  • Fontella Bass – Rescue me : pure soul woman qui a agité les dance floors bien avant la reconnaissance via Ninja Tune
  • Nina Simone – Save Me : standard immortel par une icône Afro américaine pour un blues visionnaire qui la concernera au premier chef
  • Sarah Vaughan – Fever : avec « The Divine One » pas besoin de hurler pour faire monter la température avec cet hymne classieux et habité

Merci les filles…
Jazz is the Teacher – Funk is the Preacher

Spongestats pour la fréquentation

spongestats analyse statistique de connexion

Spongestats est installé ici. C’est un outil d’analyse des statistiques de connexions qui s’installe facilement pour avoir une vue sur la fréquentation du blog.
J’utilise jusqu’ici par défaut l’Urchin d’OVH. Mais il me semble nécessaire de comparer les données de deux plateformes d’analyse pour savoir si ce que je vois d’un côté se reproduira de l’autre.

J’ai découvert par hasard (et toujours pas rasé) ce logiciel d’analyse, par l’intermédiaire d’un blog lyonnais. De plus Spongestats est une initiative sous Licence Creative Common GPL v2 donc libre d’accès, bien documentée (la preuve puisque j’ai réussi à l’installer).
Promis dès que je commence à avoir une vue plus précise de la fréquentation sur le-gouter.com je donnerai quelques infos.

Contre Google et pour l’université populaire

« Pour s’implanter sur le marché chinois, Google a accepté de filtrer les résultats de l’indexation des données sur des sujets sensibles. Les sites faisant référence au Tibet ou à Tienanmen par exemple ne sont pas indéxés donc ils n’existent pas » Dominique Maniez, informaticien, dans Lyon Capitale du 24 octobre.

Du 6 novembre au 18 décembre, cet informaticien, auteur et traducteur, professeur à l’ENSSIB (Ecole nationale supérieure des science de l’information et des bibliothèques) dispensera ses cours autour d’une question : « Internet : un outil populaire pour des usages démocratiques ? » à l’Université populaire de Lyon (« le savoir n’est pas réservé à une petite caste »), 41 cours général giraud de 19h15 à 21h15.

Cet informaticien-philosophe (son site perso ici, on espère qu’il est meilleur prof que webdesigner) qui s’étonne que « personne n’interroge vraiment les usages et les activités quotidiennes informatiques » sur le flicage, les monopoles, le courrier électronique ou la pratique du copier/coller devenu monnaie courante pour faire ses devoirs, interviendra 7 fois (1 heure de cours, 1 heure de débat, le lundi) :

– le 6/11 : Contre Google, 1ère partie
– le 13/11 : Contre Google, 2ème partie
– le 20/12 : La protection des données personnelles sur Internet
– le 27/11 : Droit d’auteur et Internet
– le 4/12 : Le plagiat : vers une généralisation du copier/coller chez les lycéens et les étudiants
– le 11/12 : Le courrier électronique : un outil populaire qui pose plus de questions qu’il n’en résout
– le 18/11 : Conclusion

Citons une dernière fois notre prof éclairé (toujours dans Lyon Capitale) : « D’après des études américaines réalisées aux Etats-Unis, plus de la moitié des utilisateurs de Google ne font pas la différence entre les liens commerciaux et les résultats de recherche. C’est comme si, dans un journal, on ne faisait pas la différence entre des articles et des publi-reportages ».

Brrrrrr.

Peace go with you, Brother

peace for a brother

Il est des messages dont on se passerait volontiers parfois.
Aujourd’hui je veux adresser une pensée pour l’un de nos rédacteurs ; Kjb13 a perdu son père voilà quelques jours.

Ce morceau est pour toi mon ami, c’est toi qui tient le bâton pour ouvrir la route maintenant.

Peace go with you, Brother – Gil Scott-Heron Winter in America (TVT, 1973)

Le Goûter du Mercredi accueille un nouveau rédacteur

Pour cette rentrée 2006, nous avons le plaisir d’accueillir un nouveau rédacteur en la personne d’Oliv.
Ce jeune et élégant camarade de jeu va amener sur le Goûter un peu de fantaisie graphique.
En effet Oliv est graphiste, a beaucoup de talent et porte un regard bien décalé sur ce qui se passe autour de nous.

C’est un vrai plaisir de savoir qu’un gars de son talent nous rejoigne à cette table : on risque de bien rigoler puisque plus on est de fous plus on rit…

Enfin comme l’appétit vient en goûtant, nul doute qu’Oliv risque d’utiliser ce blog pour tester, expérimenter, tâter etc.

Welcome mate !

Le mariage de la Carpe et du Lapin

delpeche mode

Ami de l’incongruité, dénicheur d’anomalies génétiques et amateur de non-sens, ce site, ainsi que le groupe qui en est le sujet, est fait pour vous.

Tout d’abord le site, d’un design « dit » moderne, il se présente à priori d’une manière fort classique mais ne vous y trompez pas, le contenu est barré, comme ses auteurs, David Tournaire et JG.

Ensuite le groupe, DELPECH MODE, ces adeptes forcenés du manque de référence, ont trouvé un nouveau jeu, autrement plus poilant que le sempiternel amassage de samples dans les disques house ou hip-hop. Leur idée est simple, réduire à la portion congrue les sources : deux, une unique paire.
Résultat, faire danser ensemble un couple des plus improbables. Plus fort que les Bastards pops, ils ont inventé la musique des années 150, la musique du futur antérieur…

De l’anti dance-floor avec un grand sourire.