The Heatwave : 5 million rewinds

The heatwave, 5 million rewinds mix

5 million Rewinds
Sous ce titre The Heatwave a concocté un mix qui reprend les succès qui ont fait vibrer les dance-floors anglais.
Ce mix est un hommage à la culture jamaïcaine. On peut aujourd’hui gager sans peine ni risque que sans l’influence de cet ancien membre du commonwealth le son anglais ne serait certainement pas devenu ce qu’il est aujourd’hui. L’idée sous-jacente est aussi de célébrer 50 ans d’indépendance de la Jamaïque.

Le spectre de la sélection est large puisque le set commence avec des anthems des sound systems jamaïcains, se faufile à travers la rave made in UK rappelant au passage l’importance de la jungle, rentre dans les clubs avec du garage en sort via un bashment pour s’installer du côté de Notting Hill où se croise sound systems dubstep et uk funky.

Et comme une de mes lectures de l’été est Babylon on a thin wire, je crois que j’ai là comme une bande son idéale.
Alors combien de fois allez-vous vous repasser ce mix ?

Tracklisting :

1. Jimmy Cliff – Miss Jamaica
2. Millie Small – My Boy Lollipop
3. Prince Buster – Al Capone
4. The Techniques – Queen Majesty
5. Slim Smith – My Conversation
6. Marcia Griffiths – Feel Like Jumping
7. Eric Donaldson – Cherry Oh Baby
8. Desmond Dekker – Israelites
9. Max Romeo – Wet Dream
10. Trinity & Marcia Aitken – Three Piece Suit
11. Althea & Donna – Uptown Top Ranking
12. Junior Byles – Fade Away
13. U Roy & The Paragons – Wear You To The Ball
14. Bob Marley – Is This Love
15. Janet Kay – Silly Games
16. Louisa Marks – Caught You In A Lie
17. Mad Professor – Kunta Kinte
18. Augustus Pablo – King Tubby Meets Rockers Uptown
19. Mighty Diamonds – Pass The Kutchie
20. Horace Andy & Tappa Zukie – Natty Dread Weh She Want
21. Jacob Miller – Tenement Yard
22. Culture – Two Sevens Clash
23. Aswad – Warrior Charge
24. The Specials – Ghost Town
25. The Specials – A Message To You Rudy
26. Sugar Minott – Good Thing Going
27. Dennis Brown – Revolution
28. Barrington Levy – Murderer
29. Triston Palmer – Raving
30. Papa Levi – Mi God Mi King
31. Sister Nancy – Bam Bam
32. Tenor Saw – Ring The Alarm
33. Wayne Smith – Sleng Teng
34. Half Pint – Greetings
35. Smiley Culture – Police Officer
36. Tippa Irie – It’s Good To Have The Feeling You’re The Best
37. Beres Hammond – What One Dance Can Do
38. Admiral Bailey – Punaany
39. Super Cat – Mud Up
40. Shabba Ranks & Krystal – Twice My Age
41. Cutty Ranks – Limb By Limb
42. Chaka Demus & Pliers – Murder She Wrote
43. Mr Vegas – Heads High
44. Beenie Man – Who Am I
45. Glamma Kid – Moschino
46. Shaggy – Oh Carolina
47. Ratpack – Searching For My Rizla
48. SL2 & Jah Screechy – On A Ragga Tip
49. The Prodigy & Max Romeo – Out Of Space
50. Dawn Penn – No No No
51. Deep Blue – The Helicopter Tune
52. Gregory Isaacs – Rumours
53. Leviticus & Jigsy King – The Burial
54. Top Cat & Congo Natty – Love Mi Ses
55. Congo Natty & John Holt – Police In Helicopter
56. General Levy & M Beat – Incredible
57. UK Apache & Shy FX – Original Nuttah
58. Ritchie Dan – Call It Fate
59. Zed Bias, MC Rumpus & Nicky Prince – Neighbourhood
60. Ms Dynamite & Sticky – Booo!
61. So Solid Crew – Oh No
62. Pay As U Go – Know We
63. More Fire Crew – Oi
64. Kano – Boys Love Girls
65. Dizzee Rascal – I Luv U
66. Benga & Coki – Night
67. Richie Spice – Marijuana (Coki Remix)
68. Serani – No Games
69. Mavado – So Special
70. Mr Vegas – I Am Blessed
71. Sean Paul – Get Busy
72. Tony Matterhorn – Dutty Wine
73. Donaeo – Party Hard
74. Lil Silva – Seasons
75. Lil Silva – Different
76. Gracious K – Migraine Skank
77. Damian Marley – Welcome To Jamrock
78. Cham – Ghetto Story
79. Gappy Ranks – Stinkin Rich
80. Gyptian – Hold Yuh
81. Vybz Kartel, Popcaan & Gaza Slim – Clarks
82. Beenie Man & Future Fambo – Rum & Red Bull
83. Stylo G – Call Mi A Yardie

Jimmy Cliff, authentique Rebirth

jimmy cliff, rebirth

Je ne me serais jamais penché sur le dernier opus de Jimmy Cliff, Rebirth. Mais voilà je ne vis pas seul, déconnecté, sur une île. Ajoutons que j’ai aussi des copains, quelques amis. Certains m’envoient parfois ce qui trainent dans leurs oreilles ; j’aime bien parce que même si on ne se voit pas souvent cela me donne des idées sur leur feeling du moment.
Parmi eux Zzeb, ex-foufou batteur aux cheveux oranges dans le vent le cul vissé sur son (sa ?) vespa.
En plus d’une collection respectable de vinyls garage sixties, il écoute pas mal d’autres trucs et régulièrement envoie sa petite comp arrangée avec amour et toujours avec goût. Pour moi toujours l’occasion de découvrir, re-découvrir des choses à écouter.

Son dernier coup de coeur est de saison : ensoleillé et syncopé. Le dernier album de Jimmy Cliff s’écoute bien. Mieux que ça. Pour la production, l’icône de the harder they come s’est associé à Tim Armstrong de Rancid. L’ancien retrouve une certaine jeunesse au fil des tracks entre originaux et reprises.
Le plus surprenant pour moi est sa voix : claire, revendicative, enjouée. Derrière ça joue, avec une belle section cuivre et des arrangements qui rappellent les grandes heures d’un reggae qui plongeait encore ses racines dans les fondamentaux rock steady / ska. Bref Rebirth sent à plein nez les Caraïbes et certainement quelques effluves d’une bonne ganja bien roots.

Laissez-vous tenter, les 13 morceaux de Rebirth vous permettront de chausser vos tongs du bon pied.
Summer is here.

Blundetto pour Friday DJ Mix

Blundetto, Warm my soul

Warm for ya Soul
Ca y’est le 2nd album de Blundetto est dans les bacs. Ici nous avions accroché à mort sur Bad Bad Things le 1er. Pas seulement parce que l’homme est une crème et qu’il nous avait prévu un petit pack cadeau lors de sa venue sur le Soul Passage du copain Boolimix pendant Nuits Sonores mais parce que déjà Max nous emmenait dans une balade soul teintée de reggae. Ca faisait du bien.

Avec Warm my Soul, Blundetto récidive
Une palanquée d’invités, des featurings de luxe et auxquels on ne s’attendait pas forcément (Jahdan Blakkamoore) ; le tout toujours sous la patte de Blundetto qui donne cette couleur qui semble un peu désuète, parfois délavée ; il n’en est rien.
C’est d’ailleurs une vraie marque de fabrique partagée avec Heavenly Sweetness son label. Une apparente facilité au service d’une musique sacrément bien bossée aux grooves chaleureux.
Je vous le redis on continue à bien aimer. En signe de bienvenue Blundetto a réalisé une mixtape parfaite pour ce vendredi et pour d’autres jours à venir.

Voices of Jamaica

heavenlysweetness

Thias | The Cockneyst in Lyon

Thias, Cockney Carnaval Mix

Thias | Le plus Cockney de Lyon
Thias est le seul mec qui lorsque tu te ballades dans Londres, ce sont des anglais qui viennent lui demander leur chemin. Une référence.
Thias c’est aussi l’homme qui début 90′ au retour de quelques virées placées sous le signe du #23 (comprenez Spiral Tribe ici) se dit que décidément cette bonne ville de Lyon manque d’un disquaire pointu en matières de musiques électroniques. Musiques tout juste émergentes.
Rappelons-nous un instant. On est au début des années 90, l’Angleterre a fini de célébrer son « summer of love » et l’Acid House commence à envahir le continent. Ce sont les 1ères rave, c’est la fête dans le bon esprit, du partage, de la découverte et disons-le par le truchement très efficace d’une myriade de petites pilules que l’on appelle extasy. Le smiley est de rigeur.

Thias montera donc Expérience ; un shop qui vend des disques, surtout des vinyles. Entre ses allers-retours dans la capitale anglaise il vend ses trouvailles et son prosélytisme pour la musique électronique participera à éduquer aux moins 2 générations. Disons que je fais partie de la 1ère et qu’en même temps si on est devenu amis c’est en partie parce que j’ai passé pas mal de temps à lui demander des trucs qu’il n’avait pas, que cela le gonflait gentiment et qu’il voulait me refourguer des disques dont je ne voulais pas toujours souvent.
Un point commun en 3 mots : musique, noire, bass.

Bien que complètement cockney, Thias est noir à l’intérieur. La preuve. 45t only.
Are U reeeaady? Carnival time!!

No Tracklist

Illustration : Thias.

Ziggy Marley, Family time…

Ziggy Marley, Family Time

Ziggy Marley, fils aîné du légendaire Bob Marley, a sorti il y a tout juste un an un troisième opus assez inattendu.
Après Dragonfly en 2003 et Love is my religion en 2006, Family Time confirme l’indépendance artistique de Ziggy Marley, compositeur, musicien et producteur sur son label Tuff Gong Worlwide.

Un album dédiés aux Enfants
Ziggy le décrit comme de la musique « familiale », un album pour les enfants. « Cet album est le début d’une discussion avec les enfants et les familles pour faire du futur un meilleur endroit pour… le monde entier » a-t-il confié au magazine Billboard.
Cela commence par la pochette de l’album où l’on peut voir des empreintes de mains d’enfants trempées dans de la peinture très colorée.

Album familial
Pour cet album, il s’est entouré d’amis et surtout de sa famille.
Sur le titre Family time, on peut entendre sa fille (Judah – 3 ans) qui, avec son père, demande aux jeunes ou vieux auditeurs d’ouvrir leurs cœurs avec des sourires pour être libre.
Sur le titre I love you too, c’est sa mère Rita et sa sœur Cedella, qui font les chœurs, ce qui nous rappelle les I-threes (Chœurs mythiques des Wailers). Avec le titre take me to Jamaica, Ziggy imagine une balade dans la Jamaïque des années soixante (quand il était tout jeune) avec son ami Toots Hibert, qui apporte sa voix mythique (Toots and the Maytals).

Cet album est influencé par l’univers des ses amis, sur le titre Cry cry cry, la présence de Jack Johnson et Paula Fuga apporte une ambiance « Hawaïenne », mélancolique, où les enfants font un appel à la liberté. On peut aussi entendre Elizabeth Mitchell (interprète anglaise connue pour ses chansons pour enfants) chanter sur une musique très lente, proche du nyabinghi (Wings of an Eagle).
Il a aussi convaincu Jamie Lee Curtis de raconter deux histoires.

Musique reggae pour enfants

Reggae pour les enfants
Deux titres sont particulièrement orientés pour les enfants (sans qu’ils maitrisent forcément l’anglais), ABC qui est une version de ces chansons que l’on chante tout jeune pour apprendre notre alphabet (A is for Africa, B is for Brother…) et aussi le titre Ziggy says, une version de « Jacques a dit » reggae.
Ziggy Marley n’en est pas à son premier projet musical pour les enfants, il a déjà collaboré à Dora l’exploratrice (musique) et a prêté sa voix à une méduse jamaïcaine de Gangs de requins.

L’album Family Time est résolument un album reggae où comme à son habitude, Ziggy n’hésite pas à mélanger les styles par petites touches, si bien qu’au final on écoute bien du reggae mais teinté de soul, country…
Ziggy nous gratifie donc d’un album réussi qui plaira aux fans de reggae, reste accessible aux néophytes et fera balancer vos petites têtes blondes.

Reggae pour les kids avec Ziggy Marley :

Groundation : Here I am, nouvel album

Groundation, Here i am, album

Here I am, nouvel album de Groundation
Cela faisait quelques temps que je ne m’étais pas intéressé à la scène reggae. Loin d’être le spécialiste du genre, j’avais l’impression de toujours revenir aux « classiques ».
Sauf que depuis quelques jours, j’écoute « Here I am » le nouvel album de Groundation qui sort le 23 juin 2009.

Dés le 1er morceau de l’album « Run the Plan » (7 minutes), les californiens annoncent la couleur, et confirment que le jazz fait partie de leur culture (musicale), mais pas seulement !!!
On retrouve comme sur les précédents albums quelques « featuring » : The Congos, Pablo Moses, Uziah « Sticky » Thompson.
J’avoue que je me suis pas mal attarder sur ce morceau, en survolant peut-être un peu les autres ?

Groundation en live
Les californiens étaient en concert à Châteauvallon (spot de folie, amphithéâtre au milieu de la pinède), je m’empresse d’y aller, je découvre un groupe, des « tueurs », du clavier (carrément funky, certainement élevé au Herbie!!!) au percussionniste (digne des sideman afro cubain), en passant par les choristes (groovy à souhait), sans oublier Harrisson Stafford leur chanteur charismatique, les cuivres…. les Groundation m’ont impressionné.
Dire que Groundation c’est du reggae influencé par le jazz, serait finalement trop réducteur.

Ce qui est sûr, c’est que je vais rapidement remettre « Here I am » sur ma platine, dans mon iPod pour m’amuser à découvrir toutes les influences qu’il y a derrière chaque morceau.

Album à gagner
Et comme, sur le gouter, nous savons que l’info est valable que lorsqu’elle est partagée, je vous invite à écouter en exclusivité un extrait de « Here I am » (aucun extrait n’est disponible, ni en radio, ni sur le web avant le 23 juin), le label Naive ne fait aucune confidence avant la sortie de l’album.
Et la cerise sur le goûter. Le gouter vous proposera quelques « Here I am » de Groundation à gagner !!! Restez connectez..

Comme dirait l’autre : le gouter, 1er sur l’exclusivité, pas mal non?

R.I.P. DELIA

Who was Delia?
Delia was 22. She was from Romania and loved reggae.
That’s what her friend told me. He’s the guy who draw the graf above.
Thanks for her.

Delia may you hear these from above and keep on dancing