Chico Science : déjà 15 ans d’absence

Chico Science, Mangue Beat à Recife

Chico Science

De son vrai nom Francisco de Assis Franca. Chico Science en plus d’avoir un nom de super héros a été l’un des plus importants musiciens brésiliens de la fin du siècle dernier.
Il a quitté ce monde voilà 15 ans tout juste aujourd’hui, c’était le 2 février 1997. Un accident de voiture sur la route entre Recife et Olinda dans le Pernambouc, au nord du Brésil. 2 villes chéries par Chico Science qui disait :
La plus belle vue qu’on a de Recife est lorsqu’on la voit depuis Olinda, et vice-versa, deux villes amoureuses l’une de l’autre sans lesquelles le Mangue beat n’aurait jamais existé.

Manifeste des Hommes Crabes

L’influence de Chico Science sur la régénération de la musique brésilienne est fondamentale. L’édition brésilienne de Rolling Stone mag a classé ses 2 albums parmi les 100 meilleurs albums de la musique brésilienne. De là à parler de référence il n’y a qu’un pas que je franchis allègrement quand on sait que le musicien originaire de Recife est mort à 30 ans.
Recife une ville d’une importance prépondérante pour Chico Science. C’est là qu’il va faire ses armes, faire les rencontres qui changent une vie (ça vous parle ?) et aussi à Recife que va s’organiser un joyeux bordel ; par là entendez le brassage des sons, des influences musicales, aussi la Danse, l’image… De là se crée un imaginaire forgé dans la fusion, le crossover, les passerelles jetées entre les genres et les disciplines. De la CURIOSITÉ à l’état brut : plus ou moins organisée en collectif à géométrie variable.
Avec son pote Fred04, Chico Science synthétisent toute cette énergie créatrice en rédigeant le Manifeste des Hommes Crabes ; texte reconnu comme était la 1ère pierre du mouvement Mangue Beat.
Désormais la musique brésilienne n’aura plus la même couleur.

Mangue Beat

Au Pernambouc il fait chaud et à Recife il fait humide. La mangrove se trouve partout, c’est elle qui nourrit, qui protège, qui fertilise. Les 2 compères ont fait leur cette image pour dire qu’ils sont attachés à leur ville, connaissent sa vibration fertile et que c’est de Recife qu’ils veulent rayonner. Ils proposent leur vision de leur monde, à l’opposé des rapports de l’ONU. Nous sommes au début des années 90.
Le Mangue Beat est une libération de la musique. Chico Science et sa bande veulent mixer leur héritage musical avec les nouvelles possibilités offertes les sons électrifiés, les débuts de l’électronique. Le Mangue Beat abat définitivement les cloisons entre chapelles musicales.

Nação Zumbi

Aka la nation Zombie. Nação Zumbi sera le groupe de Chico Science. Un combo fou furieux assis sur les rythmiques percussives des rythmes anciens, sur lesquels viennent tricoter des guitares électrifiées, parfois saturées, psychédéliques. Et au micro Chico Science envoie ses textes, engagés oui souvent engagés.
En 2 albums (Da Lama ao Caos, 1994 et Afrociberdelia, 1996) les hommes crabes de Nação Zumbi imposent le Mangue Beat et changent définitivement l’Histoire des musiques brésiliennes. Le reste du monde suit.

Aujourd’hui Chico Science manque toujours autant 15 ans après sa disparition sur la route entre Recife et Olinda à cause de la ceinture de sécurité défectueuse d’une Fiat.

Chico Science – Coco Dub (Afrociberdelia, 1996)

 

4 réflexions au sujet de « Chico Science : déjà 15 ans d’absence »

  1. Salut Sly,

    Bravo pour ce bel hommage. Chico Science a bel et bien changé la musique brésilienne. Il y a un avant et un après.

    Outre sa musique, il s’est aussi imposé par les concepts développés sur ses deux albums Da Lama ao Caos et Afrociberdelia.

    Accessoirement, dans un pays de voix si superbes, il a aussi décomplexé ceux qui ne savaient pas chanter !

    Depuis qu’il a fait du caranguejo son emblème, on ne décortiquera et croquera plus jamais un crabe de la même façon !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *