Les enfants de Tranquility Bay


Il y a un peu plus de deux ans je rencontre à l’occasion d’une bringue chez des potes un dénommé JR. A l’origine cadreur et directeur photo, il est passé de l’autre côté de la caméra et réalise des documentaires. Et il commence à nous parler du sujet sur lequel il travaille alors : Wwasp et leurs théories de redressement comportemental. Ils nous parle de ses aller-retours aux US, de ces adolescents prostrés qui ne veulent pas parler, des contrôles du FBI qu’ils subissent avec son collègue… Wwasp a le bras long manifestement ; avec une miriade d’entreprises US ils se sont fait une spécialité : le redressement comportemental (behaviour modification) d’adolescents dont les parents ne savent plus quoi faire…
Leur promesse est claire : quand votre fille ou votre fils reviendra de Tranquility Bay, il sera obéissant et lèvera le doigt pour parler.

Tranquility Bay raisonne comme la promesse d’un « resort » qui fleure bon des vacances familliales bercées par un alyzé des caraïbes. Seulement Tranquility Bay n’en a que la raisonnance et certainement pas l’écho.
Tout un programme…

La réalité de ces programmes est toute autre : on commence par enlever votre gamin en pleine nuit par ex., histoire de bien marquer le coup psychologiquement et ensuite il est emmené dans un « centre de redressement comportemental » (behaviour modification centre). Les parents, ont bien sur signé au préalable un contrat qui donne toute autorité aux « éducateurs » ; juridiquement c’est extrèmement bien huilé, il devient désormais quasiment impossible pour les parents de se retourner contre ces « éducateurs« . Les enfants sont ainsi souvent emmenés en dehors du territoire US, dans des pays dits du tiers monde.
A cela plusieurs raisons, qui ont en commun d’être tout sauf éducatives mais qui permettent de bénéficier :

  • d’une main d’oeuvre locale peu chère : il faut fournir des dividendes aux actionnaires ;
  • d’employés peu regardants : il est plus facile de faire tabasser un môme par un gars qui en a lui-même 6 à nourir ;
  • de la complaisance de gouvernements qui récupèrent au passage quelques impôts…
  • d’interprétation souple de la convention internationale des droits de l’enfant, votée en 1989, excepté par les USA et la Somalie qui a une vraie excuse ; c’était la guerre civile et il n’y avait pas de gouvernement…

Bref il n’y a pas de petit profit… Et quand ça rend service.
Ces « services éducatifs » sont facturés au prix fort entre 25 000 $ et 40 000 $ par an. Une autre source de rentabilité de ces entreprises vient du simple fait qu’il n’y a pas de professeurs, j’entends par là de véritables profs. L’apprentissage des cours se fait seul, face à ses livres. Si à l’heure de l’interrogation, les résultats ne sont pas suffisants, les punitions voire châtiments pleuvent… jusqu’à ce que la leçon soit retenue. C’est ce que l’on pourrait appeler la pédagogie par les sévices qu’ils soient psychologiques ou physique.
Et puis les enfants peuvent doivent laver leur linge, faire le ménage, la vaisselle etc. Cela ne coûte rien non plus.

Jay Kay responsable du centre de Tranquility Bay est pour sa part content de lui, la méthode fonctionne. Il suffit de regarder les chiffres et la fin justifie les moyens. Il est originaire de l’Utah, patrie des mormons fondamentalistes, état particulièrement dur, on pourrait aussi dire le plus rétrograde des USA. Il est le fils de l’un des fondateurs de Wwasp.
Leurs méthodes sont un savant dosage de lavage de cerveau à la coréenne, d’usages sectaires, de traitements militaires etc. dans le seul et unique but d’asservir l’esprit en cassant petit à petit toutes les aspérités de l’altérité adolescente. C’est vraiment hard core et les mômes qui sortent de là n’en sortent pas indemnes, quoi qu’ils en disent.

Les échos de Tranquility Bay les voilà :
Ces quelques témoignages vous en diront plus long que tous mes bavardages. Il n’est pas nécessaire de parler couramment anglais, c’est simplement édifiant :

Les enfants perdus de Tranquility Bay – Jeudi 11 Mai à 23 heures sur France 2 dans l’émission Infrarouge.

Mise à jour : si vous avez des liens à signaler sur le sujet, merci d’utiliser les commentaires.
www.tbfight.com
Le documentaire est aujourd’hui accessible ici : Les Enfants de Tranquility Bay