Ma vie à Cannes

Etant petit nouveau dans le métier, je découvre le grand festival pour la première fois et pour quatre jours. Dans le train, les gros moustachus jouant à la belote fleuraient bons la Provence et le farigoule. Mais dès la gare, je suis plongé dans un univers international où si t’as pas de lunettes de soleil, t’es rien.
Hôtel, dépliage des chemises froissées, pipi et c’est reparti vers le Palais des festivals pour chercher l’accréditation. Bunker énorme, hotesses sympathiques, accred OK, sac rempli de catalogues, tout est bon, voire bonne.
Direction la Quinzaine des réalisateurs où une autre accréditation attend et un pass coupe-fil d’attente et terrasse VIP Hilton où j’irai boire une bière et un pastis à l’heure de l’apéro. Retour au Palais où je décroche inespérément un pass coupe-file pour la salle Debussy uniquement. Armé de deux badges et ressemblant enfin à plus de 90% de la population, c’est parti pour le cinéma.

Ai vu deux films.
Serambi, sélection Un Certain Regard, film docu indonésien tourné deux mois après le tsunami. Dans des paysages forcément dévastés, on suit 3 ou 4 personnages au caractères différents qui essayent de réapprendre à vivre ensemble, qui regrettent leurs familles, leurs potes. En introduction et en conclusion, on voit défiler d’autres personnes qui cherchent encore des corps par encore retrouvés avec le vain espoir qu’ils soient vivants. Terrible.

Le soir, à la Quinzaine, Les Anges Exterminateurs de Jean-Claude Brisseau. Sur un réalisateur qui cherche à tourner un film tournant autour des petites trangressions sexuelles qui donnent du plaisir. Il fait passer des tests (les scènes de masturbation et de lesbiennes sont magnifiques) et va se retrouver dans un engrenage implaccable. Un film complet, superbe et renversant.
Je m’apprête à aller voir Bug, au Marché du film (c’est pas sûr que je puisse rentrer), de William Friedkin (l’Exorciste), qui selon un Inrockuptible, est le chef d’oeuvre du festival.

Ce contenu a été publié dans Festival. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Ma vie à Cannes

  1. SdC dit :

    T’attaque fort !! Petit nouveau ici aussi welcome 😉

Les commentaires sont fermés.